Consultations

Depuis plus de 20 ans, plus de 200 000 consultations gratuites ont été effectuées au sein des dispensaires de Partage dans le monde.

Dépistage et éducation à la santé

Des dizaines de consultations et check up ont été faits dans des écoles et des orphelinats permettant notamment de faire du dépistage et de l’éducation à la santé.

Les pathologies les plus souvent traitées sont liées aux conditions sanitaires et d’hygiène mais aussi aux conditions socio-économiques.

  • Pathologie infectieuse saisonnière : diarrhées, problèmes pulmonaires et ORL, arboviroses (dengue, chikungunya…).
  • Carences alimentaires et vitaminiques sources de retards de croissance et de pathologies chroniques : anémie, pellagre, rachitisme, héméralopie des carences en vitamine A, …
  • L’hypertension artérielle et le diabète concernent près de 30% de la population en Inde du Sud et sont le lit de complications vasculaires redoutables. La pauvreté et le manque d’éducation à la santé rendent le dépistage et le suivi du traitement aléatoires.
  • Dermatologie : plaies négligées surinfectées, gales eczématisées, impétigo, candidose, …
  • Problèmes gynécologiques dont : dysménorrhées, MST, contraception
  • En pédiatrie, les problèmes infectieux, carentiels, ORL et pulmonaires, dentaires et enfin dermatologiques prédominent.
  • La consommation régulière de Bétel (feuilles à chiquer), très fréquente dans les campagnes aussi bien par les hommes que par les femmes, est responsable de cancer de la langue et fait donc l’objet d’un examen de dépistage systématique lors des consultations.
  • Après l’âge de 50 ans, on rencontre pour majorité des problèmes de cataracte, de rhumatisme, d’ostéoporose et les conséquences chez l’homme de l’intoxication éthylo-tabagique chronique.
2.2.1 Health Camp garcon bouche ouverte
Consultation (2009)
2.2.1 Health camp kine
Soins paramédicaux (2009)

Les cas de tuberculose, lèpre et SIDA sont orientés sur les structures sanitaires gouvernementales où ces pathologies sont prises en charge gratuitement.

De même les vaccinations font partie de priorités gouvernementales et de programmes spécifiques  ; Partage dans le monde n’interfère pas avec ces dispositions.

le partenariat avec les médecins locaux depuis de nombreuses années a permis de mettre en place un programme de prévention primaire et secondaire, d’éducation à la santé et à l’hygiène et de proposer des soins et traitements spécifiques. Le choix des lieux d’intervention et les pathologies cibles à dépister et/ou traiter sont toujours décidés en accord avec les priorités sanitaires du gouvernement indien, dans le respect des traditions et sans heurter les interdits religieux ou de caste.