Des médecins en formation

01 mai 2017

Comment se préparent nos médecins aux futures missions

Au Népal, les interventions de Partage dans le monde se font dans des villages isolés, nécessitant souvent une journée de voyage pour y accéder. Les villageois sont pauvres et ne voient jamais de médecins venir à eux (certains n’en n’ont pas vus depuis 10 ans). En cas de maladie sérieuse ou de sinistres, ils font parfois 4 heures de marche à pied pour prendre un bus et enfin pouvoir  rallier Katmandou ou un petit hôpital régional.

La nécessité d’ajuster les pratiques médicales

Dans ce cadre, les médecins occidentaux se trouvent dépourvus de tout l’arsenal moderne d’aide au diagnostic et de traitement et sont parfois confrontés à une clinique qu’ils ne pratiquent pas quotidiennement et qui a ses caractéristiques propres.

D’où la nécessité d’une remise en question de leurs connaissances et parfois de leurs choix sur la façon d’aborder le patient, le choix ou non d’ignorer certaines pathologies que l’on ne peut pas traiter dans ce cadre, les discussions et parfois les confrontations avec nos partenaires locaux.

Apprendre et réapprendre, des premiers secours aux pathologies spécifiques

Les membres de l’équipe ont dû compléter leurs formations respectives, voire en acquérir de nouvelles.

Certaines pathologies sont très dépendantes du milieu. Il  en est ainsi de la parasitologie mais aussi de la dermatologie dans le cas particulier de « peau noire » à laquelle nous avions été peu confrontés par le passé.

Avec l’aide d’un universitaire marseillais et d’une dermatologue qui a exercé en Asie, nous avons appris à identifier et traiter ces pathologies et continuons régulièrement à rafraichir nos connaissances.

Nous avons revu les petits gestes chirurgicaux, la réduction de fracture, les luxations, les incisions d’abcès avec un chirurgien orthopédiste (et un kinésithérapeute en ce qui concerne les strapping)  mais aussi l’ensemble des gestes de premiers secours auxquels nous formons les villageois.

Certains d’entre nous se sont initiés à l’échographie et Partage dans le monde  a acquis un petit appareil tout terrain afin de pouvoir faire certains diagnostics positifs ou d’élimination comme les grossesses extra-utérines.

La formation en continu des équipes de terrain :

Un enjeu déterminant pour la réussite des missions

Sur la constatation de pathologies cardiaques méconnues, les membres de l’équipe vont entreprendre cette année une formation de cardiologie.

Une étape importante de la formation est la poursuite des cours d’auriculothérapie que nous avions entrepris lors de nos activités en Inde pour chercher une alternative à la consommation massive d’antalgiques et d’anti-inflammatoires des populations locales (pratique curieusement inconnue en Inde comme au Népal).

Nous continuons à nous former régulièrement au traitement de la douleur mais aussi de  l’hyper- tension, des pathologies aigues, du lumbago, des sciatalgies mais aussi du stress, des migraines, des allergies, etc. Après nous être exercés sur nous et nos proches, nous utilisons régulièrement ces connaissances  dans nos pratiques professionnelles, principalement dans le but de les orienter, cette année,  vers les enfants.

Ainsi nos missions rendent indispensable l’évolution de nos compétences et les séminaires de formation, auxquels participent l’ensemble des médecins de Partage dans le monde, favorisent la cohésion nécessaire du groupe sur le terrain.